Letter From The Guest Editor

Imagine Canada, which was founded in 2005, is a national bilingual charitable organization that supports and strengthens charities and nonprofits so they can, in turn, support the Canadians and communities they serve. Over the last two years, as part of an initiative entitled “A National Engagement Strategy,” we have had the privilege of facilitating a nation-wide conversation with charities and nonprofits about the major issues and trends facing the sector in Canada and helped to identify sector-wide priorities for collective action in the years ahead. Through community conversations and forums organized with partners all over the country, we collectively identified, validated, and prioritized those challenges.

The National Summit for the Charitable and Nonprofit Sector, hosted by Imagine Canada and its partners, Community Foundations Canada, Philanthropic Foundations Canada, and United Way-Centraide Canada with funding from the Agora, Trillium, and McConnell foundations, is the next leg in our Strategy. This is not a conference in the traditional sense of the word. It is a working session that will propel us forward more boldly still in 2012 and beyond. Some 500 in-person participants as well as others joining us online will determine what tangible and concrete actions can now be taken to advance the identified priorities.

On the eve of this Summit, we are therefore pleased to have an opportunity to collaborate with The Philanthropist on this special fall issue. It features a number of articles that will, hopefully, provide food for thought for the conference participants, those who will be joining us online, as well as readers of The Philanthropist, about addressing and taking action on the four identified priorities, which are the following:

1. Valuing our human resources

2. Creating a better financing environment

3. Capitalizing on new forms of volunteerism

4. Communicating with Canadians

These priorities, in one way or another, all relate to strengthening our ability to better serve our communities. Some may feel that they are too internal, but if we are really serious about increasing our individual and collective results and impact (i.e., not just doing good and nice things), then a number of “internal” challenges to the sector must first be addressed. In other words, let’s not shy away from acknowledging that we need the resources (financial and human) and the tools to do the work, we need to find ways to improve the environment in which we conduct our “business,” and we need to develop a new relationship with Canadians so that there is a better understanding of the contribution of our sector to society and the economy. These priorities are the preconditions to our future success.

With a view to generating further dialogue and debate in advance of the Summit, four young leaders in the sector were invited by The Philanthropist to author pieces on one of the four priorities. These leaders, who are also the co-leads for our four priority areas, bring their own particular perspectives on the issues relating to these priorities and while their views may be provocative for some, they are reflective of the new generation that we met through the engagement process. I can assure you that their pieces will make you think. The titles of their articles are as follows:

1. “Working for the Mission: Getting Nonprofits to be the Employers of Choice” by Miia Suokonautio;

2. “Achieving Financial Sustainability in Today’s Changed World”

by Adam Spence;

3. “Engaging Youth in Decision-Making: Moving from Volunteerism to Active Citizenship” by Ilona Dougherty; and

4. “A Crisis of Conversation: Shaping a new narrative for Canada’s charitable and nonprofit sector” by Lee Rose.

While we knew that we needed to hear the voices and the ideas of the new leaders in the sector, we can draw equal benefit from listening to the “elder statespersons”; those who occupied a leadership role in sector organizations for many years, but who have now retired or gone on to pursue other interests. These individuals, and many others like them across the country, continue to have a keen interest in the charitable and nonprofit sector. Their capacity for reflection and analysis, away from the day-to-day demands of working in the sector, is an invaluable resource,

as we consider new approaches and new ways of thinking about old problems. We invite you to read their reflections on the four priorities as well by going to the following articles:

1. “Canada’s Nonprofit Sector: The People Challenge” by Joanne Linzey;

2. “The Changing Face of Financial Sustainability in the Nonprofit

Sector” by Tim Beachy;

3. “Rethinking Volunteerism—Should it be a Priority?” by Martha Parker; and

4. “How to Communicate Our Value to Our Communities” by Monica Patten.

While reading the various articles and reflecting on the priorities for action, some of you may say that the challenges and priorities that we will be working on at the Summit are not all that different from those that we have been grappling with for so long. In other words, we’ve been here before.

That may be the case and there is no doubt that we will still be working on some of these issues five and ten years down the road. But it is important to note that the context has changed substantially. There is a new maturity in our sector and a renewed momentum for collective action. And those are two essential ingredients for change.

When we began our National Engagement Strategy, I expected the mood to be sombre, and I was anticipating lots of complaining and nay saying. After all, we were undertaking this work in the middle of the worst recession in years and many organizations were struggling to survive, much less thrive.

But instead of complaining, the people we spoke with responded positively to our outreach efforts and three important areas of consensus quickly emerged. These became our guiding principles and they orient our work on our National Engagement Strategy every day:

• We need to take ownership of the agenda. This is not about waiting for government to do it for us.

• We cannot wait for consensus from all sub-sectors and from all organizations on each and every issue. We need to move forward with the early adopters, while continuing to continually inform others of our efforts and encouraging them to join in.

• In our dealings with governments and business, we needed to put forward a value proposition that is truly based on our assets and our strengths.

I know that John Hodgson, who was so instrumental in supporting our work, agreed with these principles and that he was pleased with the direction in which were moving , and continue to move, and the progress we are making towards collective action. In addition to the articles about the four priorities and some regularly featured columns, you will also find a tribute about John’s life and contributions to the nonprofit sector, written by David Stevens. A specialist in charitable tax law, John was also a consistent and strong supporter of the charitable and nonprofit sector and he provided financial resources for many initiatives to strengthen its capacity. Sadly John Hodgson passed away on 24 January this year. Without his support, his advice, and his very wise counsel, the National Engagement Strategy would not have seen the light of day.

Also in this issue:

Blake Bromley’s final installment: a Letter to David Walker, Development

Manager, Compliance and Support Commission.

• A look at What the Numbers Say in David Lasby’s article “What

T3010 Data Tell Us About Charity Financing.”

Bob Wyatt and Don Bourgeois engage in an animated discussion about whether the voluntary sector gets a fair deal from the media in Point/ Counterpoint.

• A review by Yves Savoie on the book Spirited Commitment: The Samuel and Saidye Bronfman Family Foundation.

• And “Social Economy: Two Perspectives,” a review essay by Rupert Downing

that looks at Understanding The Social Economy: A Canadian Perspective and

CIRIEC: The Worth of the Social Economy. An International Perspective.

In closing, let me say that it is my hope that every participant registered for the Summit in November, every person who plans to join us online on November 29 and 30, and every Philanthropist reader will see fit to help us chart a way forward. I invite you to go to the Imagine Canada website (http://www.imaginecanada.ca) to learn more about our National Engagement Strategy and I also encourage you to share your comments and ideas on, and responses to the articles online at The Philanthropist website. It is only by working together that we will strengthen the collective voice of charities and nonprofits in Canada and facilitate our ability to take collective action on cross-cutting issues of importance to the sector and the communities it serves. There is a real appetite for this so let’s seize the opportunity.

Marcel Lauzière

Guest Editor

President and CEO, Imagine Canada

mlauziere@imaginecanada.ca

Lettre du rédacteur invité

Imagine Canada, qui a été fondé en 2005, est un organisme de bienfaisance canadien et bilingue qui appuie et renforce les OSBL afin qu’ils puissent,

à leur tour, soutenir les Canadiens et les collectivités qu’ils desservent. Au cours des deux dernières années, dans le cadre de la « Stratégie pancanadienne de mobilisation », nous avons eu le privilège de faciliter une conversation à l’échelle nationale avec les OSBL sur les grands défis et les tendances que connaît le secteur pour cerner nos priorités d’action collective. Grâce aux conversations communautaires et aux forums organisés avec des partenaires de partout au Canada, nous avons collectivement identifié, validé et hiérarchisé ces enjeux.

Le Sommet canadien des OSBL, organisé par Imagine Canada et ses partenaires, Fondations communautaires du Canada, Fondations philanthropiques Canada et United Way-Centraide Canada et appuyé par des contributions financières de La Fondation Agora, de la Fondation Trillium et de la Fondation McConnell, constitue la prochaine étape de notre Stratégie. Ce n’est pas une conférence dans le sens traditionnel du mot. Il s’agit d’une séance de travail qui nous propulsera vers l’avant avec encore plus d’audace en 2012 et au-delà. Près de 500 participants ainsi que d’autres qui se joindront à nous en ligne participeront à l’identification des actions concrètes que nous devons prendre pour faire progresser les priorités cernées.

À la veille du Sommet, nous sommes donc heureux d’avoir l’occasion de collaborer avec Le philanthrope sur ce numéro spécial. Il met en vedette un certain nombre d’articles qui, je l’espère, donneront matière à réflexion pour les participants à la conférence, ceux qui se joindront à nous en ligne et les lecteurs du Philanthrope. Les quatre domaines prioritaires que nous aborderons sont les suivants :

1. Valoriser nos ressources humaines

2. Améliorer le milieu de financement

3. Explorer de nouvelles formes de bénévolat

4. Communiquer avec les Canadiens

Toutes ces priorités, d’une façon ou d’une autre, sont liées au renforcement de notre capacité à mieux servir nos collectivités. Certains croiraient peut-être qu’elles sont trop internes, mais si nous sommes vraiment résolus à rehausser notre impact (c’est à dire, à faire plus que faire du bien), nous devons d’abord répondre à un certain nombre de défis « internes ». En d’autres termes, il ne faut pas hésiter à reconnaître que nous avons besoin de ressources (financières et humaines) et d’outils pour faire le travail, que nous devons trouver des moyens d’améliorer l’environnement dans lequel nous menons nos « affaires » et que nous devons nouer de nouvelles relations avec les Canadiens afin qu’ils comprennent mieux la valeur de la contribution qu’apporte notre secteur à la société et l’économie. Ces priorités sont les conditions préalables à notre succès.

En vue d’engager le dialogue et le débat avant le Sommet, Le philanthrope a invité quatre jeunes leaders du secteur à rédiger des articles sur chacune des quatre priorités. Ces leaders, qui sont aussi les co-animateurs des quatre domaines prioritaires, apportent leurs propres points de vue sur les questions liées à ces priorités. Alors que certains considéreront peut-être que ces points de vue sont provocateurs, ils reflètent la réalité de la nouvelle génération que nous avons rencontrée tout au long du processus de mobilisation. Je peux vous assurer que leurs articles vous feront réfléchir. Les titres des articles sont les suivants :

1. Working for the Mission: Getting Nonprofits to be the Employers of Choice

(« Faire des OSBL un employeur de choix »), écrit par Miia Suokonautio

2. Achieving Financial Sustainability in Today’s Changed World (« Atteindre la viabilité financière dans le monde moderne »), écrit par Adam Spence

3. Engaging Youth in Decision-Making: Moving from Volunteerism to Active Citizenship (« Intégrer les jeunes dans le processus décisionnel : passer du bénévolat à la citoyenneté active »), écrit par Ilona Dougherty

4. A Crisis of Conversation: Shaping a new narrative for Canada’s charitable and nonprofit sector (« Crise de la conversation : façonner un nouveau discours pour le secteur des OSBL du Canada »), écrit par Lee Rose.

Alors que nous savions déjà qu’il fallait entendre les voix et les idées des nouveaux leaders dans le secteur, nous devons également reconnaître qu’il y a aussi des leçons à tirer des expériences des doyens du secteur—ceux qui ont joué un rôle de leadership pendant de nombreuses années, mais qui sont partis à la retraite ou à

la recherche de nouvelles expériences. Ces personnes, de même que bon nombre d’autres à travers le pays, s’intéressent vivement au secteur des OSBL. Leur capacité de réflexion et d’analyse, à l’abri des pressions quotidiennes liées au travail, constitue une ressource inestimable en ce moment où nous considérons de nouvelles approches et de nouvelles façons de nous attaquer aux vieux problèmes. Nous vous invitons à lire leurs réflexions dans les articles suivants :

1. Canada’s Nonprofit Sector: The People Challenge (« La question des ressources humaines dans le secteur sans but lucratif du Canada »), écrit par Joanne Linzey;

2. The Changing Face of Financial Sustainability in the Nonprofit Sector (« L’évolution de la viabilité financière dans le secteur sans but lucratif »), écrit par Tim Beachy;

3. Rethinking Volunteerism Should it be a Priority? (« Repenser le bénévolat—Devrait-on en faire une priorité? »), écrit par Martha Parker;

4. How to Communicate our Value to our Communities (« Communiquer notre valeur à nos collectivités »), écrit par Monica Patten.

Alors que vous lisez les divers articles et que vous réfléchissez sur les priorités d’action, certains d’entre vous diront peut-être que les enjeux que nous aborderons lors du Sommet ne sont pas si différents de ceux avec lesquels nous sommes aux prises depuis si longtemps. En d’autres termes, ce n’est pas la première fois que nous nous retrouvons ici.

C’est peut-être le cas et il ne fait aucun doute que nous aurons encore du travail à faire pour régler certaines de ces questions dans cinq ou dix ans. Mais il est important de souligner que le contexte a considérablement changé. Nous sommes à l’aube d’une nouvelle maturité du secteur et d’un élan renouvelé pour l’action collective.

Et ce sont les deux ingrédients indispensables pour créer le changement.

Lorsque nous avons amorcé notre Stratégie de mobilisation, je m’attendais à ce que l’ambiance soit sombre et qu’il y ait beaucoup de plaintes et de négativisme. Après tout, nous entreprenions ce travail au beau milieu de la pire récession depuis des années et de nombreuses organisations avaient de la difficulté à survivre, et encore plus à prospérer.

Mais au lieu de se plaindre, les gens à qui nous avons parlé ont réagi favorablement à nos efforts de sensibilisation et nos discussions ont rapidement débouché sur trois domaines de consensus. Ces domaines sont devenus les principes directeurs qui orientent chaque jour notre travail dans le cadre de la Stratégie de mobilisation :

• C’est à nous de définir notre programme. Nous ne pouvons pas attendre que le gouvernement le fasse à notre place.

• Nous ne pouvons pas nous attendre à atteindre un consensus sur chaque question. Nous devons aller de l’avant avec ceux qui le veulent bien, tout en continuant d’espérer que d’autres se joindront à nous.

• Dans nos rapports avec les gouvernements et les entreprises, il faut se pré- senter en position de force qui se fonde réellement sur nos atouts.

Je sais que John Hodgson, qui a apporté un soutien indispensable à notre travail, appuyait ces principes et qu’il était heureux de l’orientation de notre stratégie et des progrès que nous réalisions vers une action collective. En plus des articles portant sur les quatre priorités et de certaines chroniques régulières, vous trouverez également un article de David Stevens qui rend hommage à la vie de John et reconnaît les contributions qu’il a apportées au secteur des OSBL. Spécialiste en droit fiscal régissant les organismes de bienfaisance, John était aussi un ardent défenseur de notre secteur et il a apporté un soutien financier à de nombreuses initiatives visant à renforcer nos capacités. Malheureusement, John Hodgson est décédé le 24 janvier dernier. Sans son soutien et ses sages conseils, la Stratégie pancanadienne de mobilisation n’aurait pas vu le jour.

Aussi dans ce numéro :

• Ainsi qu’un article final de la série de Blake Bromley : une lettre à David

Walker, directeur du développement de la Compliance and Support Commission.

• Découvrir ce que révèlent les chiffres dans l’article de David Lasby d’Imagine

Canada, What T3010 Data Tell Us About Charity Financing.

• Bob Wyatt et Don Bourgeois engagent une discussion animée sur le traitement du secteur bénévole par les médias dans l’article Point/Counterpoint.

• Une critique d’Yves Savoie du livre Spirited Commitment: The Samuel and Saidye Bronfman Family Foundation.

• Social Economy: Two Perspectives, un essai critique de Rupert Downing qui examine les ouvrages Understanding the Social Economy: A Canadian Perspective et CIRIEC: The Worth of the Social Economy. An International Perspective.

Pour terminer, permettez-moi de dire que j’espère que chaque participant au Sommet, chaque personne qui entend se joindre à nous en ligne du 29 au 30 novembre et chaque lecteur du Philanthrope jugera bon de nous aider à tracer la voie à suivre. Je vous invite à visiter le site Web d’Imagine Canada pour en apprendre plus sur notre Stratégie de mobilisation (http://www.imaginecanada.ca) et je vous encourage à exprimer vos commentaires, vos idées et vos opinions sur les articles à l’aide du site Web du Philanthrope. Ce n’est qu’en travaillant ensemble que nous pourrons renforcer la voix collective des OSBL au Canada et faciliter notre capacité à entreprendre une action collective sur les grands défis que confrontent les OSBL et les collectivités qu’ils servent. Il y a un véritable désir pour ce genre de collaboration dans le secteur. Saisissons l’occasion.

Marcel Lauzière

Rédacteur invité

Président-directeur général d’Imagine Canada

mlauziere@imaginecanada.ca